Tomates sainesLa tomate est la culture préférée des jardiniers amateurs et le mildiou est le problème principal de la culture de tomate. La question que nous posons aujourd’hui est particulièrement capitale pour un maximum de jardiniers. Il n’existe pas de méthode garantissant une culture de tomates sans mildiou, mais il existe néanmoins des précautions à prendre pour espérer se prémunir le plus souvent possible de cette maladie (et ceci sans traitements)

Le mildiou de la tomate (et de la pomme de terre) est dû à un champignon pathogène, le Phytophtora Infestans. Cet article n’a pas pour objectif de donner des détails sur cette maladie mais de réunir les conditions pour qu’elle ne se développe pas :

 

 

 

La première condition est de cultiver la tomate sous serre.

Tomates sans mildiouCette préconisation est capitale si vous habitez dans la moitié nord de la France. L’explication est très simple le mildiou aime bien l’humidité et les températures inférieures à 25-26 degrés. La température de 26 degrés est atteinte chaque jour en serre en Bretagne pendant la période de culture de la tomate. Vous avez donc toutes les chances d’éviter le mildiou à condition, bien sûr, que d’autres conditions soient réunies. La tomate n’aime pas non plus l’humidité, la serre apporte aussi une protection à ce niveau.

A noter que la tomate pousse plus vite sous serre, vous récolterez vos premières tomates beaucoup plus tôt, avant que le mildiou n’ait eu le temps de s’installer.

Autre avantage de la serre, la période de production et de récolte s’allonge tant en début qu’en fin de végétation.

 

Je ne trouve pas naturel de cultiver sous serre !

Certains jardiniers se refusent à cultiver sous serre pour des raisons « philosophiques ». Chacun a le droit de se faire ses propres opinions, mais la culture dans une serre d’occasion nous semble plus favorable en termes de bilan carbone que de faire venir des tomates de plusieurs centaines de Km. Il est très facile de récupérer d’anciennes bâches plastiques de maraichers qui doivent changer les bâches régulièrement pour garder leur assurance.

Il existe aussi des inconvénients de cultiver la tomate sous serre.

Le premier inconvénient c’est l’obligation d’arrosage. Il est possible de limiter ce travail grâce à un bon paillage.

Sous serre la pollinisation est moins évidente puisqu’il n’y a pas de vent. Ce problème est très facile à résoudre en secouant très délicatement les fleurs ou les pieds de tomate.

Il faut éviter la condensation puisque notre culture n’aime pas l’humidité. Vous apprendrez vite à régler ce problème en jouant sur l’aération.

La rotation des cultures est souvent difficile à réaliser en serre. Pour ceux qui le peuvent il est utile de produire les tomates à un bout de la serre une année puis à l’autre bout l’année suivante. Certains jardiniers changent la terre de temps en temps ce qui est une opération longue et fastidieuse. La rotation des cultures est un véritable inconvénient de la culture de tomates sous serre.

Faites vous-mêmes vos graines et vos plants :

Il est possible d’éviter le mildiou de la tomateL’achat de plants parait être une bonne idée et vous pouvez l’adoptez. Penser quand même que ces plants sont sans doute trop beaux. Ils ont été poussés au maximum. L’adaptation au sol de votre jardin et au climat risque d’être difficile. D’ailleurs pour vos plants ou pour les plants achetés nous préconisons une petite période de « durcissement » ou « d’endurcissement »

Si vous plantez en pleine terre ce durcissement est encore plus important. Mettez les plants en pots dehors, un peu, chaque jour pour qu’ils s’habituent à la température et éventuellement au vent et au soleil. Vous ferez cette opération au moins pendant une semaine.

 

 

Choix des variétés de tomates :

Dans ce domaine vous choisirez d’abord et bien sûr les variétés que vous aimez et celles qui sont le plus adaptées à votre sol et à votre climat. Mais pour éviter le mildiou :

Pensez aux variétés plus résistantes au mildiou.Il n’y a pas véritablement de variétés résistantes au mildiou mais il existe des variétés plus résistantes que d’autres.

Pensez aux variétés précoces qui produiront plus vite. . Vous aimez par exemple les tomates cœur de bœuf et vous avez raison. N’oubliez pas que c’est une variété tardive. Une tomate tardive produit environ 100 jours après la plantation, une tomate hâtive produira après seulement 50 jours. Vos tomates tardives ont beaucoup plus de « chances » d’attraper le mildiou ! Ceci dit il vaut mieux cultiver plusieurs variétés différentes.

Vous cultiverez vos tomates dans une terre riche.

Prévenir le mildiou plutôt que de traiterC’est une évidence, une plante en forme attrape moins les maladies qui se baladent. Comme nous sommes des spécialistes de la consoude nous préconisons de pailler les cultures de tomates avec une bonne épaisseur de feuilles de consoude et d’apporter, par exemple une fois tous les 10 jours du purin de consoude au pied (pas de pulvérisation, la tomate n’aime pas l’humidité, le mildiou si)

 

 

 

 

Nourrissez bien vos plants de tomates

Il est évident qu’un plant sain, un plant en pleine forme et bien nourri est mieux armé face à la maladie. Nous vous proposons de lire cette page consacrée aux engrais naturels pour tomates

Planter à distance raisonnable :

Pour laisser l’air passer entre les plants une distance de 1mètre sur 1 mètre serait idéal. Souvent dans la pratique on est obligé de planter plus serré mais si possible évitez de descendre en dessous de 60cm dans les 2 sens. Grâce à ces distances les plants ne se toucheront pas et l’humidité ambiante sera moindre.

Supprimer les feuilles malades dès leur apparition

Si malgré tous vos efforts le mildiou apparait il faut enlever les feuilles malades dès leur apparition. Nous conseillons de faire cette opération en démarrant votre travail, en ayant enfiler des gants et en désinfectant les gants avant une autre utilisation. Vous brulerez les feuilles enlevées, vous ne les mettrez pas au compost, éventuellement vous pouvez les mettre loin au fond du jardin. Ces feuilles touchées sont bien aimées par les limaces et escargots.

Il est utile de se laver les mains régulièrement avec un gel désinfectant.

La taille augmente-t-elle le risque de mildiou ?

Plants de tomate en bonne santéQuand vous taillez votre pied de tomate vous le blessez et laissez une plaie béante, c’est négatif pour la santé du plant et cela facilite l’arrivée de maladies. Ceci étant dit ce n’est pas du tout rédhibitoire, sur ce sujet, chacun a son opinion, à vous de décider !

 

Le truc que nous déconseillons : la bouillie bordelaise

La bouillie bordelaise apporte un plus au niveau du mildiou mais, à terme, elle a une action néfaste sur la terre. Si vous le pouvez, évitez de l’utiliser. De la même façon le fil de cuivre blesse la tomate et a une action très faible

 

 

 

Les conseils donnés ici sont à peu près valables pour toutes les maladies. Le virus ToBRFV qui vient de faire son apparition en Bretagne semble très dangereux. Les précautions à prendre semblent identiques : ne pas acheter de graines, ne laissez pas des personnes étrangères à votre famille rentrer dans la serre, brulez les parties malades, désinfectez vos outils et vos mains, si vous vendez ou donnez des tomates désinfectez les bacs que vous utilisez pour le transport…. Il semble que ce virus soit beaucoup plus difficile à éviter que le mildiou !