pelouse_consoude

Ce blog étant consacré à la consoude nous allons vous présenter la classification de la consoude. Vous n’êtes pas obligé de vous « casser la tête » avec cette classification, vous pouvez vous contenter de l’utiliser dans votre jardin mais ce texte est écrit pour les « curieux »
Il faut savoir que la classification des végétaux évolue dans le temps, les remises en cause sont fréquentes. Nous vous proposons ci-dessous une des classifications possibles.
L’étude de cette classification est intéressante car on c’est un reflet de l’évolution. On découvre ainsi, par exemple, qu’à l’époque des dinosaures (au jurassique) il n’y avait pas encore de monocotylédones, pas de plantes à fleurs, pas d’herbe.

Comment classe-t-on la consoude

La consoude fait, bien sur, partie du règne végétal
La consoude est ensuite classée dans la division des Magnoliophyta c’est-à-dire des Angiospermes ou plantes à fleurs par opposition aux Gymnospermes ou plantes à graine nue (les résineux en particulier)
La consoude fait partie de la classe des Magnoliopsida, pour parler plus simplement c’est une dicotylédone
Parmi les dicotylédones la consoude fait partie de l’ordre des lamiales. Cet ordre des lamiales contient de nombreuses familles de plantes comme les borraginacées dont fait partie la consoude mais aussi la famille des menthes et la famille de la verveine par exemple

La consoude est une borraginacée

La famille des borraginacées comprend aussi de nombreux « genres » comme le genre Borago (la bourrache en est l’exemple le plus répandu), le genre myosotis et le genre symphytum c’est-à-dire la consoude.
Symphytum en grec veut dire « unir en un tout » cette dénomination rappelle les propriétés cicatrisantes de la consoude.
En français, le terme de consoude vient du latin consolidata ce qui veut aussi dire la même chose. Au départ on parlait de consoulde terme qu’on retrouve par exemple dans les écrits de Rabelais (GARGANTUA).
Dans toutes les langues le nom de la consoude rappelle que cette plante peut soigner les coupures, ainsi le nom breton est LOUZAOUENN AN TROC’H, c’est-à-dire l’herbe aux coupures (parfois on parle aussi de LOUZAOUENN ar skevent, c’est-à-dire l’herbe aux poumons car la consoude était utilisée pour soigner l’asthme)
Dans le prochain article nous allons vous présenter succinctement les différentes espèces et variétés de consoude et en particulier la variété bocking 14 qui est notre consoude favorite.

Tags consoude, borraginacée, symphytum, consoulde, louzaouenn an troc’h, louzaouenn ar skevent