Bienvenue
Bonjour, Soyez les bienvenus sur ce blog consacré à la consoude au jardin. Ce blog est consacré aux jardins potagers et aux jardins d’agrément. Nous vous présenterons aussi quelques recettes de cuisine pour bien utiliser votre production
A propos des auteurs
Ce blog est édité par B-actif. B-actif, producteur de consoude à Scaër dans le Finistère Vous présente les productions, méthodes, astuces … de quelques jardiniers bretons utilisateurs de consoude. Si vous souhaitez visiter le site de B-actif cliquez ici

Achat de consoude bocking 4

J’ai du mal à faire vivre ce blog qui reçoit pourtant beaucoup de visiteurs : désolé !

Aujourd’hui j’ai une raison particulièrement importante de m’y remettre : B-actif vient de rajouter un nouveau produit dans sa gamme : la vente de plants de consoude bocking 4

Cette variété était jusqu’à présente introuvable en France. Pour le moment la disponibilité de plants reste relativement faible, mais c’est un début très prometteur.

 

Pourquoi B-actif commercialise des plants de cette nouvelle variété ?

Jeune plant de consoude bocking 4 de B-actif

Jeune plant de consoude bocking 4 de B-actif

D’abord, il ne s’agit pas d’une nouvelle variété, mais d’une variété ancienne qui avait presque totalement disparue.

Depuis des années des clients de B-actif réclamaient cette bocking4. Les voilà satisfaits.

Cette variété n’est pas la variété idéale pour le jardin. Si votre objectif est uniquement la fertilisation, conservez votre bonne variété bocking 14. Par contre si vous souhaitez nourrir vos animaux optez pour la consoude bocking 4

 

Quelles sont les différences entre la consoude bocking 14 et la consoude bocking 4 ?

La consoude bocking 14 a, en particulier, une forte teneur en potasse. Cette teneur en potasse rend les feuilles moins agréables à la consommation pour les animaux.

La consoude bocking 4 avait, à l’époque, été sélectionnée pour ses qualités nutritionnelles pour les animaux.

La consoude bocking 4 est plus riche en acides aminés. Dans l’alimentation des animaux les apports d’acides aminés sont déterminants. Elle est appréciée par l’ensemble des animaux.

La culture de la bocking 4 est-elle différente de la bocking 14 ?

Non, vous cultivez les 2 variétés exactement de la même façon. Eventuellement vous coupez plus souvent la consoude bocking4. La teneur en protéines est plus importante dans les feuilles jeunes.

 

Quels sont les acides aminés présents dans la bocking 4 ?

La quasi-totalité des acides aminés indispensables sont présents et de plus avec un bon équilibre. Il est possible, par exemple, d’équilibrer une ration alimentaire pour porcs faite de céréales avec la consoude bocking 4. Plus besoin de soja OGM !

 

La consoude bocking 4 contient-elle aussi la xanthophylle qui augmente la pigmentation des jaunes d’œufs ?

Oui si vous donnez de la consoude à vos poules, les jaunes d’œufs seront plus colorés.

 

Comment trouver la solution pour en avoir toute l’année ?

C’est le problème de la consoude. Sous nos climats tempérés vous pouvez en récolter de mai à octobre. La consoude peut être consommée toute l’année si vous en séchez (c’est une solution idéale pour les animaux de basse-cour, mais difficile pour les agriculteurs), vous pouvez en faire de l’ensilage (il faut rajouter un peu de sucre sous forme de mélasse par exemple), vous pouvez aussi l’enrubanner.

20 utilisations différentes de la consoude : deuxième partie

Utilisation de la consoude (suite):

La consoude utile pour la pomme de terre

Rajouter des feuilles de consoude séchées dans le sillon de plantation des pommes de terre pour la précocité et le rendement

Nous continuons notre série d’article sur l’utilisation de la consoude. Aujourd’hui nous allons rester dans le domaine de la fertilisation en parlant de l’utilisation de la consoude lors des plantations. Ces  méthodes sont moins répandues que l’utilisation du purin. Néanmoins ceux qui l’ont essayé ont toujours continué car les résultats sont spectaculaires.

 

3 : utilisation de la consoude dans les trous de plantation :

La consoude apporte de nombreux éléments fertilisants qu’elle a parfois été chercher au plus profond du sol. En effet ses racines peuvent faire jusqu’à 2 mètres de profondeur.

La consoude apporte en particulier de l’azote (moins que l’ortie qui peut d’ailleurs être associée à la consoude) de la potasse, du bore, de l’allantoïne,  mais aussi de nombreuses hormones et vitamines naturelles.

La consoude peut être mise, avec profit, dans les trous de plantation de tout végétal (donc au potager, dans le jardin d’agrément mais aussi pour la plantation des arbres et des arbustes)

Comme c’est actuellement connu la consoude apporte un intérêt tout particulier pour toutes les plantes pour lesquelles la production de fleurs est capitale. C’est donc le cas, par exemple,  pour les tomates (et toutes les solanées en général) et pour les courges, courgettes … (et toutes les cucurbitacées). Ceci s’explique bien sûr par la composition de la consoude : le bore, la potasse (dans une moindre mesure), l’allantoïne, la vitamine B12 favorisent la multiplication cellulaire et la floraison.

Vous mettez une poignée de feuilles de consoude grossièrement broyées au fond du trou puis vous recouvrez ces feuilles de consoude d’un peu de terre mélangée à du compost de jardin ou a du fumier (le compost peut être remplacé par un peu de terreau). Vous pouvez voir comment Jenny utilise de la consoude dans les trous de plantation des tomates ici.

 

4 : Utilisation de la consoude dans les sillons de plantation des pommes de terre et en particulier des pommes de terre primeurs.

C’est à peu près la même utilisation que la numéro 3. Nous avons néanmoins considéré que c’est une utilisation spécifique et particulière.

  • D’abord nous préconisons d’utiliser des feuilles de consoude séchées. La raison en est évidente. Lors de la plantation des pommes de terre primeurs la consoude n’a pas encore de feuilles.
  • Ensuite parce que la consoude a un effet très spécial sur la pomme de terre. La consoude permet de gagner environ 10 jours en précocité. Nous n’avons pas pour le moment d’explication scientifique sur ce point. Nous l’avons par contre observé plusieurs années.

 

Prochain article l’utilisation de la consoude en paillage et en engrais vert

Témoignage sur la consoude de Bénédicte et Didier 19300 St Yrieix le Déjalat

Voici les nouvelles de notre consoude plantée l’année dernière (en 2011)

Plantation des boutures de consoude

Nous avions réparti les racines en divers endroits du jardin, huit dans la bande ou nous produisions le compost avant d’acquérir un bac, une près d’une entrée de la serre et la dernière en bordure du bassin.
Toutes les racines ont démarré et nous avons pu les utiliser en cours de saison (purin, compost…).

Il est à noter que notre jardin se trouve en Corrèze, à 750 mètres d’altitude et que notre terre, granitique, est plutôt acide. Nous cultivons à 100% bio, notre jardin est semi-sauvage en mélangeant les légumes avec les plantes et fleurs qui poussent naturellement. Avec les orties, la consoude et le compost, nous pensons avoir acquis l’indépendance en matière de fertilisation.

Malgré un hiver extrêmement long et rigoureux, cette année, notre consoude est repartie au printemps de manière exubérante.

Utilisation de la consoude : 

Nous la laissons fleurir, ce qui plaît particulièrement aux butineurs. Quant à son utilisation, toute la plante pour le purin, 1kg pour dix litres, en mulch (séchée) ou décomposition sur la terre, en activateur de compost…
Le purin : au pied des cultures, pour le moment mélangé au purin d’orties (phase végétation) puis ensuite seul pour la fructification (tomates, poivrons, concombres, pommes de terre…)…

Nous nous demandons s’il serait utilisable sur les carottes, céleri rave, haricots vert rame. Qu’en pensez-vous ?
Sur les légumes feuilles ou les herbes aromatiques (salades, basilique, persil…), nous n’utilisons que du purin d’orties afin d’éviter la montée à graines.

consoude bocking 14 dans le jardin

Bénédicte et Didier en Corrèze sont enchantés par la consoude de leur jardin

Compost enrichi à la consoude :

Même si nous manquons encore de recul, première année que nous utilisons un compost fortement enrichi à la consoude, notre sentiment est que les plants ont démarré très fort cette année avec un enracinement rapide et volumineux. Outre les déchets végétaux des repas, le compost est réalisé avec les cendres du poêle à bois, la sciure et les déchets de bois, les déchets verts (tontes…) les restes du filtrage des purins et les plantes entières en fin de saison.
Autant dire que nous sommes ravis ce cet investissement, d’autant que la consoude est également une belle plante ornementale, ce qui ne gâte rien !

Commentaires de B-actif :

Félicitations pour votre consoude et pour votre utilisation en particulier du purin.

Oui le purin de consoude peut s’utiliser  sur les carottes, le céleri rave et les haricots verts à rame.

Pour les pommes de terre nous préconisons l’utilisation de feuilles séchées dans le sillon de plantation (les pommes de terre gagneront en précocité et en productivité). D’ailleurs l’utilisation des feuilles de consoude (fraiches ou séchées) dans les trous de plantation est une technique très intéressante. Voir par exemple la méthode utilisée par Jenny pour la plantation des tomates  

20 utilisations différentes de la consoude : première partie

 

Nous allons vous présenter, par épisode, 20 utilisations différentes de la consoude. Cela prouve, s’il en était besoin, tous les avantages que peut procurer cette plante « géniale » : la perle du jardin !

 

1 : Fabrication et utilisation du purin de consoude :

Cette pratique est généralisée chez tous les jardiniers producteurs de consoude. La plupart des jardiniers connaissent le principe des purins et décoctions utilisés pour nourrir et soigner les plantes. Ainsi dans le sondage fait en 2011 par B-actif 95% des jardiniers ayant de la consoude dans leur jardin fabriquaient du purin de consoude.  En général, en fertilisation, les résultats sont spectaculaires en particulier sur les solanées (tomate …) et les cucurbitacées (courgettes, concombres, cornichons …). Certains jardiniers utilisent le purin de consoude sur toutes leurs plantes à la fois au potager, dans le jardin ornemental et même dans les vergers.

Pour notre part nous déconseillons son utilisation sur les salades. En effet la consoude favorise la floraison et les salades vont monter en graines rapidement.

Beaucoup de jardiniers alternent ou mélangent différents purins en particulier ortie et consoude ce qui est une excellente pratique. Ces 2 purins sont complémentaires.

Certains jardiniers utilisent le purin de consoude sur les fraisiers ce qui donne de bons résultats. Pour notre part nous ne l’utilisons pas à cause de l’odeur. Pour les fraises d’autres solutions sont possibles (paillage à la consoude et utilisation de consoude lors de la plantation comme nous allons le voir dans d’autres utilisations possibles.

Nous n’allons pas nous étendre plus sur cette utilisation de la consoude en purin puisqu’elle est bien connue.

 

2 : fabrication et utilisation de concentré de consoude (souvent appelé jus de consoude et parfois purin concentré).

La méthode de fabrication est différente de celle du purin mais le principe est le même et l’utilisation est aussi très voisine.

Pour fabriquer le concentré on entasse les feuilles de consoude dans un récipient au fond percé d’un trou : Un bidon ou  un seau par exemple. On place un poids au-dessus des feuilles et en bas un récipient pour recevoir le jus. Ce jus sera dilué à 1/40 avant emploi. Vous pouvez voir une vidéo sur la fabrication de jus concentré de consoude ici

Attention au surdosage, c’est un produit vraiment concentré !

Une des raisons du choix du concentré par rapport au purin c’est l’odeur. L’odeur de jus de consoude est moins « violente » que celle du purin. Voici ce qu’écrivait Jean de Paris lors de l’enquête 2011 de B-actif : Je fabrique du jus de consoude, pas de purin à cause de l’odeur, nos jardins sont publics !

 

Prochain article : utilisation de la consoude dans les trous de plantation et en mulch (paillage)

consoude bocking 14

Un beau massif de consoudes bocking 14 en fleurs (Marcel 22 540 Louargat)

La récolte de la consoude

feuilles et fleurs de consoude

la consoude se récolte souvent


Nous publions aujourd’hui cet article suite à la demande de nombreux internautes qui ont peur de mal faire. La consoude reste manifestement une plante méconnue et les jardiniers ne savent pas toujours comment conduire cette « nouvelle culture » pourtant millénaire !

Voici nos préconisations.

 

La consoude se coupe au ras du sol :

Vous utiliserez tout instrument : couteau, faucille, faux, … et vous couperez tout : feuilles, tiges et éventuellement fleurs de consoude à environ 5 centimètres du sol. Si votre surface n’est pas grande vous ferez attention à bien couper les feuilles qui s’étalent sur le sol. Si ces feuilles restent présentes longtemps elles peuvent attraper des maladies comme la rouille par exemple (même dans ce cas, pas de panique, la consoude résistera, mais ce n’est pas la peine de tenter le diable)

 

La première coupe de la consoude se fait dès le mois d’avril.

A cette période vos besoins sont importants. N’hésitez pas, coupez les feuilles de consoude tôt dans la saison. A cette époque vos plantations ont besoin d’azote pour la croissance, cela tombe bien la consoude jeune contient plus d’azote.

 

La consoude se coupe toutes les 4 à 6 semaines.

Plus vous coupez la consoude, plus elle produit et moins elle risque d’attraper de maladies. Cette coupe régulière a un autre avantage pour les mauvaises herbes annuelles. Vous couperez aussi les mauvaises herbes s’il y en a avant qu’elles n’aient pu monter en graines. (La meilleure solution reste de désherber pour ne pas pénaliser la consoude par la concurrence des adventices). Si vous n’avez pas besoin de consoude coupez quand même et mettez la dans le compost. Vous gagnerez aussi à sécher quelques feuilles que vous utiliserez dans les trous de plantation de février et mars.

 

La dernière coupe de la consoude se fait en fin septembre ou en début d’automne.

Il n’est pas souhaitable de faire une coupe trop tardive. La consoude démarrera moins bien l’année suivante.

 

Conduite différente en cas de nourriture des abeilles :

Si vous souhaitez nourrir les abeilles nous préconisons une conduite différente. C’est simple vous coupez un quart de votre consoude tous les 10 jours et ceci dès le début avril. Avec ce système vous étalez la floraison et vous avez toujours de la consoude en fleurs de mai à octobre : Vos abeilles apprécieront.

 

Utilisez toutes les parties de votre consoude :

Nous terminons cet article en précisant que vous pouvez utiliser feuilles (jeunes ou moins jeunes) tiges et fleurs pour fabriquer du purin, pour faire du paillage, pour mettre dans les trous de plantation ou pour mettre dans le compost.

La composition des feuilles varient un peu avec l’âge : il y a bien sur plus d’azote dans les feuilles jeunes et un peu moins dans les feuilles plus âgées. Cependant l’écart n’est pas énorme et l’écart dépend plus de l’âge de la consoude (combien d’années de plantation) que de l’âge de la feuille.

 

Cette conduite convient pour une consoude bien alimentée. Si votre consoude est « rachitique » vous faites « au mieux ». Si vous le pouvez : arrosez votre consoude après chaque coupe ; la consoude est très gourmande en eau.

 

 

 

Archives
Blogs et Sites amis

B-actif

Communique Presse Jardin

Un potager bio